Marine Litter : Etat des lieux, ce qu’il reste à découvrir, comment s’en sortir ?

AG – 6 juin 2019
Académie d’agriculture de France

Conférence de M. François Galgani

Le Docteur François Galgani, responsable du laboratoire Environnement et Ressources de l’IFREMER en Région Sud et Corse, est intervenu lors de la dernière Assemblée Générale du CPA sur le thème « Marine Litter : Etat des lieux, ce qu’il reste à découvrir, comment en sortir ? »

Fort de son expérience – plus de 60 campagnes océanographiques dans le monde entier, la coordination de deux groupes scientifiques pour les déchets marins – Il a été l’un des premiers à alerter sur les conséquences des déchets en Mer. Grâce aux résultats de ses recherches sur le sort des déchets, spécialement des plastiques, le Dr Galgani a présenté un tableau nuancé et équilibré de la situation, avec les effets négatifs  sur la faune et la flore marine – surtout du fait des produits chimiques et accessoirement des plastiques – tout en démontant les mythes comme le « continents de plastique », la métabolisation des microplastiques par la faune ou l’accumulation des déchets en Mer. Il a conclu en rappelant les investissements en cours pour traiter les déchets à terre, ce qui devrait permettre de régler le problème d’ici une dizaine d’années, même si les typhons et ouragans continueront à provoquer des pollutions ponctuellement importantes.

Dr. François Galgani, head of the Environment and Resources Laboratory of IFREMER in the Southern Region and Corsica, spoke at the last General Assembly of the CPA on the theme “Marine Litter: situation, what remains to be discovered, how to get out?

With his experience – more than 60 oceanographic campaigns around the world, the coordination of two scientific groups for marine litter – He was one of the first to warn about the consequences of waste in the sea. Thanks to the results of his research on the fate of waste, especially plastics, Dr. Galgani presented a nuanced and balanced picture of the situation, with its negative effects on marine fauna and flora – especially because of chemicals and incidentally plastics – while dismantling myths such as the “plastic continents”, the metabolization of microplastics by wildlife or the accumulation of waste in the sea. He concluded by recalling the ongoing investments to treat waste on land, which should solve the problem in the next ten years, even though typhoons and hurricanes will continue to punctually cause important pollutions.