Archives pour la catégorie Actualités

6ème édition de PERIFEL

Avec plus de 600 visiteurs, le PERIFEL s’impose comme la manifestation de référence pour les producteurs du Sud-ouest membres de Propulso et d’Invenio. Ce fut l’occasion pour Pierre Gaillard et Bernard Le Moine de présenter à Alain Rousset, Président de la Nouvelle Aquitaine, de Germinal Peiro, Président du Conseil Départemental de la Dordogne et Mr Frédéric Périssat, Préfet de la Dordogne , la nouvelle machine RAFU, conçue par INVENIO, pour assurer le nettoyage des films de paillage plastique lors des opérations de dépose.
« C’est une première mondiale en Aquitaine dans le domaine de la réduction des déchets à la source, qui permet d’orienter les films usagés vers le recyclage, plutôt qu’en enfouissement, tout en diminuant les coûts pour l’agriculteur » a souligné Bernard Le Moine du CPA rappelant aussi que la France et la Nouvelle Aquitaine sont exemplaires dans la gestion de ces plastiques agricoles usagés par les filières ADIVALOR. Dans un contexte de gestion des déchets et des centres d’enfouissement tendu, Alain Rousset a insisté sur la nécessité d’une meilleure réduction des déchets à la source. #perifel #plasticulture #agriculture #plastiqueagricole
Alain Rousset (Président de la Nouvelle Aquitaine) et Bernard Le Moine (CPA)
Alain Rousset (Président de la Nouvelle Aquitaine) et Bernard Le Moine (CPA)
RAFFU carottes / PERIFEL 2019
RAFFU carottes / PERIFEL 2019
RAFFU melons / PERIFEL 2019
RAFFU melons / PERIFEL 2019

La plasticulture, ce sont les agriculteurs qui l’expliquent le mieux

Thierry Bailliet, youtubeur reconnu et agriculteur en près de Lille explique à quoi lui sert son plastique et comment il le recycle en fin de vie. Un vidéo courte qui explique les bénéfices apportés par le paillage et l'irrigation et le fonctionnement des filières de collecte et recyclage APE-ADIVALOR.

Le logo "Plasticulture" est un lien d'identification pour l'ensemble de la communauté des acteurs de la plasticulture dans le monde.

Le plastique agricole Auditionné au Sénat

Communiqué de presse

Auditionnés le 18 septembre 2019 au Sénat, les acteurs des plastiques agricoles (fabricants, distributeurs et utilisateurs) ont rappelé le rôle essentiel du plastique dans la production alimentaire, indispensable pour produire de façon raisonnée. Ils ont également présenté le modèle de gestion français des plastiques, repris dans les autres pays. Si la France est un leader mondial pour la qualité de son alimentation, c’est en grande partie grâce aux plastiques et à leur utilisation responsable.

Dans le cadre de son étude sur la pollution plastique, l’OPECST1 a organisé une table ronde au Sénat sur l’agriculture et la pollution plastique. Les rapporteurs, M. Philippe Bolo, et Mme Angèle Préville, ont auditionné des représentants de la plasticulture française, FNSEA, la Confédération Paysanne, le CPA et A.D.I.VALOR.

Cela a été l’occasion pour les professionnels de la plasticulture de rappeler le rôle des plastiques : sans plastique, il faudrait multiplier par 4 les surfaces cultivées et l’utilisation d’intrants, pour un même niveau de production et une qualité moindre. L’agriculture française consomme environ 100.000 tonnes de plastiques par an, soit moins 2% de la consommation totale de matières plastiques.

Indispensable pour la production, les plasticulteurs français ont identifié et traité très tôt les contraintes que les plastiques imposaient à l’environnement. Les filières A.D.I.VALOR de collecte et valorisation des plastiques agricoles usagés ont fait de l’agriculture française l’une les plus propres du monde : plus de plastiques laissés au champ et un taux de recyclage des plus élevés. Ces performances sont possibles grâce à aux efforts constant de R&D portant sur la réduction des déchets à la source et l’amélioration de la qualité des déchets pour les rendre recyclables. Par ailleurs, pour garantir la durabilité des filières les fabricants se sont engagés à augmenter de plus de 30 % la part du recyclé dans les produits neufs, d’ici 2025.

Ainsi, les plastiques agricoles doivent être reconnus et promus. Il est nécessaire de préserver le modèle français de gestion de la fin de vie des plastiques en agriculture sous peine de pénaliser les agriculteurs et de diminuer les performances de nos filières. Les plasticulteurs français ont pour objectif de recycler 100% des plastiques agricoles usagés et soulignent la nécessité que la France retrouve une industrie du recyclage performante et pérenne, à même d’accueillir tous les plastiques agricoles.

A propos du Comité français des Plastiques en Agriculture

Le CPA assure la promotion technique des plastiques agricoles et la gestion financière des filières APE en charge de la gestion de la fin de vie des plastiques. Le CPA représente 98% des plastiques (hors emballages) mis en marché par ses membres. Le CPA est un acteur engagé dans l’économie circulaire en favorisant une plus grande intégration de granule régénéré dans les produits neufs.

CONTACT :
Bernard Le Moine, délégué général
b.lemoine@plastiques-agriculture.com
Tel: +33 628 05 24 38

 

[1] l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques

PRESS RELEASE: UK FARM PLASTICS SCHEME TO BE LAUNCHED

APE UK [Agriculture, Plastic & Environment UK] is pleased to announce the launch of a National Collection Scheme for used non-packaging agricultural plastics. The objective is to provide farmers with a sustainable solution for the end-of-life management of their non-packaging agri-plastics.

44,000 tonnes of Agricultural Plastics are put on the UK market every year and whilst this represents less than 4% of the total consumption of plastics in the UK, it nonetheless plays a hugely significant part in the production of crops and livestock, contributing to at least 60% of agricultural production.

Agri-plastics are vital to increasing the productivity of agriculture through the efficient control of essential crop and livestock parameters such as temperature, light, hygrometry, irrigation, weeds, pests, crop and fodder protection, whilst also reducing the use of resources such as water and chemicals. Thus, agri-plastics reduce the environmental impact of agricultural production whilst increasing the quality and quantity of food produced and the health of livestock.

Today farmers have limited options available to them beyond landfill or incineration with less than 35% of used agri-plastics in the UK being collected for recycling. In other countries in Europe operating a national collection scheme, more than 70% of used agri-plastics are collected resulting in a significant reduction in the landfill or incineration of these plastics.

The major manufacturers of non-packaging agri-plastics, representing 80% of the UK market, are pleased to announce that they have reached an agreement for a voluntary initiative to implement a National Collection Scheme called “APE UK”, to be launched before the end of 2019.  The principles behind the scheme will be:

  • Equal and cost-effective access for all agricultural business under the principles of an Extended Producer Responsibility (ERP) framework.
  • Collective, collaborative and shared responsibility of the scheme between all stakeholders: farmers, distributors and producers.
  • Full coverage throughout the UK for all non-packaging agri-plastic products.

The scheme will also provide educational, technical and financial support through R&D to improve the quality of the waste collected so as to improve the efficiencies of recycling it. This will enable producers to integrate more recycled feedstock into the production of new products, thereby improving the efficiency of the Circular Economy.


 

Contact:
Bernard Le Moine
, President,
b.lemoine@apeeurope.eu,
Tel : +33(0) 628 05 24 38

APE Europe,
125 rue Aristide Briand, 92300 Levallois-Perret, France,
Tel : +33 (0)1 44 01 16 49

Carlo Banchero, UK Project Manager,
c.banchero@apeeurope.eu,
Tel :  +44 (0)7711 087 067

www.apeeurope.eu

Rappel des nouveaux tarifs d’écocontribution au 1er octobre 2019

Le barème de l’écocontribution est fixé en Assemblée générale du CPA sur proposition du collège concerné, après consultation des partenaires de la filière. Conformément aux décisions prises par l’Assemblée Générale du CPA le 6 mai 2019, un nouveau barème entrera en vigueur au 1er octobre, applicable à toutes les ventes et livraisons effectuées après le 30 septembre 2019.

Barème au 1er octobre 2019

Activité Catégorie Produits Caractéristiques Ecocontribution unitaire HT Date d’application 
Elevage Films Ensilage Noir/ Vert/ Blanc/ Bicolore 110€/T 1/10/2019
Enrubannage Noir/ Vert/ Blanc 125€/T 1/10/2019
Sous-couches Incolore 110€/T 1/10/2019
Gaine d’ensilage 110€/T 1/10/2019
Bâtiments d’élevage Noir/ Vert/ Blanc/ Bicolore 110€/T 1/10/2019
Ficelle Fine basse densité A l’exclusion du Sisal 100€/T 1/10/2019
Epaisse haute densité 100€/T 1/10/2019
Filets Balles rondes 160€/T 1/10/2019
Serre Films Serre Incolore, thermique, non-thermique 80€/T 1/10/2019
Grands tunnels Incolore, thermique, non-thermique 80€/T 1/10/2019
Films Semi-forçage Thermique 120€/T 1/10/2019
Maraîchage Paillage Non thermique 240€/T 1/10/2019
Incolore 240€/T 1/10/2019
Noir 240€/T 1/10/2019
Marron, vert, blanc, noir/blanc 240€/T 1/10/2019
Solarisation 180€/T 1/01/2019
Fumigation EVOH 180€/T 1/01/2019
Hors-sol 180€/T 1/01/2019
Bâche à plat Carotte multi trou 180€/T 1/01/2019
Ourlet Asperge 180€/T 1/10/2019
GSI Gaines souples d’irrigation Epaisseur <500 µ, sans manchons 100€/T 1/10/2019
Protection des cultures Filets Paragrêle* 6€/1000 m² 1/10/2014

* L’application de la hausse d’écocontribution votée par l’AG du CPA en juin 2019 a été suspendue

Marine Litter : Etat des lieux, ce qu’il reste à découvrir, comment s’en sortir ?

AG – 6 juin 2019
Académie d’agriculture de France

Conférence de M. François Galgani

Le Docteur François Galgani, responsable du laboratoire Environnement et Ressources de l’IFREMER en Région Sud et Corse, est intervenu lors de la dernière Assemblée Générale du CPA sur le thème « Marine Litter : Etat des lieux, ce qu’il reste à découvrir, comment en sortir ? »

Fort de son expérience – plus de 60 campagnes océanographiques dans le monde entier, la coordination de deux groupes scientifiques pour les déchets marins – Il a été l’un des premiers à alerter sur les conséquences des déchets en Mer. Grâce aux résultats de ses recherches sur le sort des déchets, spécialement des plastiques, le Dr Galgani a présenté un tableau nuancé et équilibré de la situation, avec les effets négatifs  sur la faune et la flore marine – surtout du fait des produits chimiques et accessoirement des plastiques – tout en démontant les mythes comme le « continents de plastique », la métabolisation des microplastiques par la faune ou l’accumulation des déchets en Mer. Il a conclu en rappelant les investissements en cours pour traiter les déchets à terre, ce qui devrait permettre de régler le problème d’ici une dizaine d’années, même si les typhons et ouragans continueront à provoquer des pollutions ponctuellement importantes.

Dr. François Galgani, head of the Environment and Resources Laboratory of IFREMER in the Southern Region and Corsica, spoke at the last General Assembly of the CPA on the theme « Marine Litter: situation, what remains to be discovered, how to get out? « 

With his experience – more than 60 oceanographic campaigns around the world, the coordination of two scientific groups for marine litter – He was one of the first to warn about the consequences of waste in the sea. Thanks to the results of his research on the fate of waste, especially plastics, Dr. Galgani presented a nuanced and balanced picture of the situation, with its negative effects on marine fauna and flora – especially because of chemicals and incidentally plastics – while dismantling myths such as the « plastic continents », the metabolization of microplastics by wildlife or the accumulation of waste in the sea. He concluded by recalling the ongoing investments to treat waste on land, which should solve the problem in the next ten years, even though typhoons and hurricanes will continue to punctually cause important pollutions.

Netafim USA reçoit une bourse de 2 millions de dollars de l’Etat de Californie pour développer la collecte et le recyclage de ses gaines d’irrigations.

Drip Irrigation Leader To Further Its Commitment To Turning The Plastic Waste Stream Into A Supply Stream for Sustainable Agriculture

Netafim USA, a subsidiary of Netafim Ltd. – the global leader of smart irrigation solutions, has been awarded a $2.01 million grant from the California Department of Resources Recycling and Recovery (CalRecycle) through the state’s Recycled Fiber, Plastic, and Glass Grant Program.

Source :https://finance.yahoo.com/news/netafim-usa-awarded-2-million-140000772.html?soc_src=social-sh&soc_trk=ma&guccounter=1

Netafim USA Awarded $2 Million By CalRecycle To Expand Its Closed-Loop Dripline Recycling Operation

Drip Irrigation Leader To Further Its Commitment To Turning The Plastic Waste Stream Into A Supply Stream for Sustainable Agriculture

Netafim USA, a subsidiary of Netafim Ltd. – the global leader of smart irrigation solutions, has been awarded a $2.01 million grant from the California Department of Resources Recycling and Recovery (CalRecycle) through the state’s Recycled Fiber, Plastic, and Glass Grant Program.

Source :https://finance.yahoo.com/news/netafim-usa-awarded-2-million-140000772.html?soc_src=social-sh&soc_trk=ma&guccounter=1

ALTERNAE : la solution souple pour le stockage des grains

A l’occasion du SIMA, la société ALTERNAE a présenter sa solution de stockage de grain en gaine souple. Permettant aux céréaliers de s’affranchir des variations brutales des cours de céréales, le stockage en gaine permet d’augmenter les quantités de stockage, tout en diminuant la consommation de produits de traitement, d’électricité et en évitant des bâtiments supplémentaires. En fin de vie, propres, ces plastiques sont collectés et recyclés.

Cette technique encore marginale, est destinée à fortement se développer dans un proche avenir. Pour Bernard Le Moine, « C’est un bel exemple du rôle important des plastiques dans la protection agro-écologique des récoltes et l’économie circulaire ».

Interview de Bernard Le Moine au SIMA ci-dessous